Morphologie in Lyon – Programm

PROGRAMME
Vendredi 23 juin 2017
Site Buisson – salle 1

9:30-9:45 : Mots introductifs des organisateurs

Section 1 : Penser l’ordre et le devenir des formes
Modération : Ralf Müller (Université de Hildesheim)

9:45-10:40 : Jonas Maatsch (Wissenschaftliche Kommission Niedersachsen) Übersichtliche Darstellung. Novalis, Wittgenstein und Goethes Morphologie
Vue synoptique. Le philosopher morphologique chez Wittgenstein et Novalis
Traduction : Philipp Jonke (ENS de Lyon /IHRIM UMR 5317)

10:40-11:35 : Marion Lauschke (Humboldt Universität Berlin)
Ikonische Formprozesse. Bausteine zu einer konformativen Morphologie
Les processus formels iconiques. Éléments pour une morphologie de la conformation.
Traduction : Rebecca Laffin (ENS de Lyon /IHRIM UMR 5317)

Section 2 : Morphologie & histoire des styles
Modération : Alice Dupas (ENS de Lyon / IHRIM UMR 5317)

11:50-12:35 : Audrey Rieber (ENS de Lyon / IHRIM UMR 5317) : Métamorphoses, séquences, séries : une pensée morphologique du devenir des formes

Section 3 : Postérité / actualité de la morphologie goethéenne pour la théorie de l’art
Modération : Joël Beullier (ENS de Lyon)

14:00-14:45 : Nicolas Class (Sarreguemines)
La morphologie de Goethe ou la vie des formes

14:45 -15:40 : Sascha Freyberg (Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte Berlin) Jenseits von Form und Inhalt. Morphologische Prinzipien im Warburg-Kreis
Au-delà de la forme et du contenu. Les principes morphologiques dans le cercle Warburg
Traduction : Muriel van Vliet

16:00-16:45 : Federico Vercellone (Université de Turin)
Autoréflexivité de l’image. De la mort de l’art à l’interactivité

 

Samedi 24 juin 2017
Salle Dutilleux (F014)

9:00-9:15 : Introduction

Section 4 : Morphologie, ethnologie, anthropologie de l’art
Modération : Matthias Wunsch (Université d’Ulm/Kassel)

9:15-10:00 Muriel van Vliet (CEPA, Université Panthéon Sorbonne Paris 1) De la morphologie à l’anthropologie : Claude Lévi-Strauss et André Leroi-Gourhan face à face

10:00-10:55 : Thomas Reinhardt (Institut für Ethnologie, München)
Zum Form- und Gestaltsbegriff in der Ethnologie
Du concept de forme et de Gestalt en ethnologie
Traduction : Audrey Rieber

11:15-12:00 : Hélène Ivanoff (Institut Frobenius, Goethe Universität Frankfurt am Main) De la morphologie culturelle à l’anthropologie de l’art

12:00-12:45 : Richard Kuba (Institut Frobenius, Goethe Universität Frankfurt am Main) Leo Frobenius et l’expressionisme scientifique : saisir l’autre à travers la documentation visuelle

Mots conclusifs

Affiche_JE-morphologie

Morphologie in Lyon – Drittes Netzwerktreffen

Das dritte Treffen findet in Kooperation mit der ENS Lyon statt.

DEVENIR DES FORMES ET PLASTICITÉ DE L’IMAGE
DE LA MORPHOLOGIE À L’ANTHROPOLOGIE
ET À L’HISTOIRE DE L’ART

23-24 juin 2017
ENS de Lyon, site Descartes

Direction scientifique
Muriel van Vliet (CEPA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Audrey Rieber (ENS de Lyon / IHRIM UMR 5317)
Thomas Reinhardt (Institut für Ethnologie, München)

Aide logistique, traduction et interface pédagogique
Joël Beullier (ENS de Lyon)

PRÉSENTATION DES JOURNÉES
« Si, nous dit Goethe, nous observons toutes les formes, et en particulier les formes organiques, nous constatons qu’il ne se trouve nulle part de constance, d’immobilité, d’achèvement, et qu’au contraire tout oscille dans un mouvement incessant. C’est pourquoi notre langue se sert à fort juste titre du mot formation (Bildung), tant pour désigner ce qui est produit que ce qui est en voie de l’être ». La morphologie qu’il souhaite inaugurer doit donc se garder de parler de forme, sauf si par ce terme, on entend seulement « l’idée, le concept, ou un élément fixé pour un instant seulement dans l’expérience » (Goethe, La Métamorphose des plantes [1798], trad. Henriette Bideau, Paris, Triades, 1992.)
C’est la plasticité des structures biologiques et poétiques qui est donc centrale pour Goethe, et c’est sur elle que l’attention doit porter, c’est-à-dire sur le fonctionnement actif de l’imagination créatrice, capable de partir d’un cas particulièrement prégnant du réel, qu’il s’agisse d’une plante ou d’un mythe ancien, pour le faire varier au travers d’expériences diverses et répétées, mettant en lumière des potentialités inattendues et créant à partir de là des séries qui font sens. L’un des concepts centraux devient alors celui de métamorphose. Nourri de l’héritage goethéen, le philosophe allemand Ernst Cassirer accorde un rôle central à la notion de transformation pour édifier sa philosophie des formes symboliques. La recherche récente a par ailleurs montré que Claude Lévi-Strauss a lui aussi puisé à la source morphologique goethéenne. Selon les interprétations de Philippe Descola et de Gildas Salmon, c’est le concept de transformation qui constitue la spécificité du structuralisme morphologique qu’il développe.
Partant de l’initiative goethéenne et de son rayonnement dans la philosophie de la culture et en anthropologie, nous nous interrogerons sur l’usage et les limites des concepts de mise en série, de reconfiguration et de transformation dans le domaine de l’image et des productions visuelles, qu’elles soient envisagées par l’histoire et la théorie de l’art ou par l’anthropologie. Nous souhaitons montrer comment les recherches actuelles menées d’un côté par des anthropologues qui se penchent sur des objets intermédiaires entre art et document culturel et, de l’autre côté, par des historiens de l’art inspirés par les méthodes morphologiques se rejoignent et dialoguent autour de nouveaux paradigmes et outils conceptuels pour dégager la logique du devenir des formes et de la plasticité des images.